SSNB Report Card Release to NB Political Parties – Press Conference in Fredericton July 15, 2019

SSNB Chair Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy and SSNB Secretary/Treasurer Bruce Dryer speak at SSNB’s press conference in Fredericton on July 15, 2019.
SSNB Report Card Release to NB Political Parties – Press Conference in Fredericton July 15, 2019

PRESS RELEASE (Report card attached)

FOR IMMEDIATE RELEASE July 15, 2019.

Fredericton, NB

Stop Spraying NB releases report card to members of 59th NB legislature

 Stop Spraying NB (SSNB) has released a “report card” on the performance of the four political parties in the 59th NB legislature on their record on the issue of herbicide spraying on public land to mark beginning of the annual herbicide spray season in the province.

 SSNB, which is calling for a ban on herbicide spraying on crown land in New Brunswick, has given all four political parties in the Legislature a failing grade when it comes to bringing about such a ban but better marks than last year for efforts made by the PC party and NB Green Party.

 The PC party, which formed government in November, 2018 with the support of the People’s Alliance Party (PANB) is in the position at this time to pass legislation to stop the spraying of herbicides on crown land and by NB Power, or to make the decision, as the province of Québec did in 2001, to stop issuing permits to spray. The PC government announced some minor reductions in herbicide spraying for the coming spray season: 30% less spraying by NB Power and no spraying in designated watersheds on Crown Land. It is important to keep in mind, that the PCs proposed a bill in November 2017, which would have involved a moratorium on spraying for 2018, while government would study this issue with stakeholder groups’ input. This bill was gutted by the then Liberal government. Why propose a moratorium when in opposition, but not follow through once in government?

 One of the prominent parts of PANB’s election campaign was a promise to stop spraying NB, but we have seen no visible action from PANB except one question during the spring legislative session by MLA Rick Desaulniers.

 The Green party made some efforts by tabling a motion, but they chose not to pursue this motion when the opportunity arose to select it for debate and a vote. Green MLAs David Coon and Kevin Arseneau also asked several questions inside the Legislature and an effort to have a last-minute debate on the last day before summer break failed.

 The New Brunswick Liberal party has shown no interest in dealing with this issue, which is no change from their position when they formed government in the 58th legislature under leadership of Brian Gallant.

 As it stands now, there has been very little political will to act on 35,000 handwritten petition signatures from constituents to stop spraying NB, which has been submitted in batches to the legislature since December 2015. The effects of forest herbicide spraying on New Brunswick’s deer herd and other wildlife, including the fact that taxpayers subsidize this practice by private forestry corporations continues to outrage SSNB supporters.

 Immediately after the election of September 2018, SSNB offered to help draft legislation to stop spraying on public land in NB, but after all four elected political parties attended our first public forum to discuss our draft motion in October, they failed to actually sit and draft legislation. No parties took us up on our offer.

Marks issued to the political parties in the 59th legislature of NB:

– ‘F’ for all political parties for failure to implement legislation for a ban on public land spraying (crown land, NB Power, CN Rail)

– Mixed marks for “Efforts towards changes in regulations or tabling a motion/bill”: ‘F’ for the Liberals, ‘B-‘ for the PC party, ‘ B+’ for NB Green Party, ‘D-‘ for PANB.

 Donald Bowser, SSNB Vice-Chair remarked, “The reductions announced by the PCs are a drop in the bucket: NB Power made the decision to spray less without direction from government, and although we received confirmation of no spraying this year in protected watersheds, we don’t know if this decision came from individual municipalities, or from government. The decision about Turtle Creek was made by Moncton for example, not government. Maybe we should add a “Pinocchio” award to the report card for the PCs, for fibbing a little bit?”. “We need to supply the four political parties with extra strength performance pills, since they all need strength and stamina to stop spraying in NB.”

 Bruce Dryer, SSNB’s secretary and treasurer remarked, “SSNB is pleased to see that some municipalities in NB, such as Greater Moncton Area, and Tracadie, have taken it upon themselves to not allow spraying within their jurisdictions, and commends NB Power for making an effort to spray 30% less this year”.

 SSNB ‘s Chair, Dr. Caroline Lubbe-D’Arcy remarked, “SSNB is deeply disappointed that no action has been taken by the current minority government to stop spraying in NB. We expected more pressure and collaboration efforts from the 6 elected third-party MLAs on an issue that is very important to so many New Brunswickers. Our issue was a prominent issue during the election campaign, which gained the third parties votes”.

 Media Contact:

Dr. Caroline Lubbe D’Arcy, Chair, Stop Spraying NB Inc.         

email: stopsprayinginnewbrunswick@gmail.com

Text Box:

COMMUNIQUÉ DE PRESSE (Bulletin de notes ci-joint)

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE le 15 juillet 2019.

Fredericton, NB

Stop Spraying NB remet son bulletin de notes aux membres de la 59ième assemblée législative du N.-B.

 Stop Spraying NB (SSNB) a publié un “bulletin” sur le bilan des quatre partis politiques à la 59ième législature du N.-B. sur leur dossier concernant l’arrosage d’herbicides sur les terres publiques pour marquer le début de la saison de pulvérisation annuelle d’herbicides dans la province.

 SSNB, qui réclame l’interdiction de l’arrosage d’herbicides sur les terres de la Couronne au Nouveau-Brunswick, a donné une note d’échec aux quatre partis politiques représentés à l’Assemblée législative, mais de meilleures notes que l’année dernière pour les efforts déployés par le Parti Conservateur et Parti Vert NB.

 Le parti conservateur, qui a formé le gouvernement en novembre 2018 avec le soutien du Parti de l’Alliance des gens (PANB), est actuellement en position d’adopter un projet de loi visant à mettre fin à la pulvérisation d’herbicides sur les terres de la Couronne et par Énergie NB, ou, comme la province de Québec l’a fait en 2001, de ne plus délivrer de permis d’arrosage.  Le gouvernement conservateur a annoncé quelques réductions mineures de la pulvérisation d’herbicides pour la saison à venir: 30% d’arrosage en moins par Énergie NB et aucun arrosage dans les bassins versants désignés des terres de la Couronne.  Il est important de garder à l’esprit que les conservateurs ont proposé un projet de loi en novembre 2017, qui aurait entraîné un moratoire sur les arrosages pour 2018, alors que le gouvernement étudierait cette question avec la contribution des groupes concernés.  Ce projet de loi a été rejeté par le gouvernement libéral de l’époque.  Pourquoi proposer un moratoire dans l’opposition, mais ne pas suivre cette direction une fois au pouvoir?

 L’un des éléments marquants de la campagne électorale de PANB était la promesse d’arrêter l’arrosage au NB, mais nous n’avons constaté aucune action visible de la part de PANB, à l’exception d’une question du député Rick Desaulniers.

 Le Parti Vert a fait des efforts en déposant une motion, mais il a choisi de ne pas poursuivre avec cette motion  quand l’occasion se présentait de la choisir pour un débat et un vote.  Les députés verts David Coon et Kevin Arseneau ont également posé plusieurs questions au sein de l’Assemblée législative et ont tenté d’organiser un débat de dernière minute le dernier jour avant la pause estivale.

 Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick n’a manifesté aucun intérêt à régler ce problème, ce qui ne change en rien leur position lorsqu’il a formé son gouvernement à la 58ième législature sous la direction de Brian Gallant.

 Dans l’état actuel des choses, la volonté politique de donner suite à 35,000 signatures de pétition émanant de leurs électeurs demandant l’arrêt de l’arrosage au NB, qui ont été soumises par lots à l’assemblée législative depuis décembre 2015, est très faible. Les effets de la pulvérisation d’herbicides forestiers sur le troupeau de chevreuils et d’autres espèces sauvages du Nouveau-Brunswick, y compris le fait que les contribuables subventionnent cette pratique de la part de sociétés forestières privées, continuent de scandaliser les partisans de la SSNB.

 Immédiatement après les élections de septembre 2018, SSNB a proposé d’aider à la rédaction d’un projet de loi visant à mettre un terme aux pulvérisations d’herbicides sur les terres publiques du Nouveau-Brunswick, mais les quatre partis politiques élus ont assisté à notre premier forum public pour discuter de notre projet de motion en octobre, au cours duquel nous avons clairement indiqué que nous proposions de nous asseoir avec tous les partis politiques pour rédiger un projet de loi, aucun parti n’a accepté notre offre.

Marques attribuées aux partis politiques à la 59ième assemblée législative du NB:

– «F» pour tous les partis pour avoir omis de mettre en œuvre une législation interdisant la pulvérisation sur les terres publiques (terres de la Couronne, Énergie NB, CN)

– Note mitigée pour “Efforts en faveur d’une modification de la réglementation ou pour dépôt d’une motion ou d’un projet de loi”: “F” pour les libéraux, “B-” pour le parti conservateur, “B +” pour le député du Parti Vert du Nouveau-Brunswick, “D-” pour le PANB.

 Donald Bowser, vice-président de SSNB, a déclaré: “Les réductions annoncées par les conservateurs sont une goutte dans le seau: Énergie NB a pris la décision de pulvériser moins sans directive du gouvernement. Nous ne savons pas si cette décision a été prise par des municipalités ou par le gouvernement. La décision concernant Turtle Creek a été prise par Moncton, par exemple, et non par le gouvernement. Peut-être devrions-nous ajouter une récompense “Pinocchio” au bulletin de rendement des PJ, pour avoir hésité un peu? “. ” Nous devons fournir aux quatre partis politiques des pilules extra performantes, car ils ont tous besoin de force et de résistance pour arrêter de pulvériser au NB. “

 Bruce Dryer, secrétaire et trésorier de SSNB, a déclaré: “SSNB est ravi de constater que certaines municipalités du Nouveau-Brunswick, telles que la région du Grand Moncton et Tracadie, ont décidé de ne pas autoriser l’arrosage dans leurs régions respectives, et félicite Énergie NB d’avoir fait l’effort de pulvériser 30% de moins cette année “.

Dr Caroline Lubbe-D’Arcy, présidente de SSNB, a déclaré: “SSNB est profondément déçu que le gouvernement minoritaire actuel n’ait pris aucune mesure pour arrêter l’arrosage au Nouveau-Brunswick. Nous nous attendions à plus de pression et aux efforts de collaboration des 6 députés des tiers partis sur une question très importante pour tant de Néo-Brunswickois et néo-brunswickoises. Cette question a été au centre des débats de la campagne électorale, qui a recueilli les suffrages des tiers.

Contact pour les médias: Dr Caroline Lubbe D’Arcy, Président, Stop Spraying NB Inc.

email: stopsprayinginnewbrunswick@gmail.com